Témoignage de Jackson Opira

 

 

L’Hôpital Lacor a une clinique spécialisée pour les patients atteints du SIDA. La clinique est ouverte du lundi au samedi. Inaugurée en 1993, la clinique offre des soins complets aux patients infectés par le VIH. Le suivi dans la communauté se fait par l’ONG représentée par les Missionnaires Comboniens, qui s’occupe des soins à domicile pour le SIDA. L’association Lacor-Comboni assure la bonne participation au traitement antirétroviral (TARV).

 

Jackson Opira, un agriculteur de 43 ans, vit près de Lacor et est inscrit au programme TARV de l’Hôpital. Il a commencé à prendre des antirétroviraux en 2004. Nous avons discuté avec lui au cours d’une de ses récentes visites à Lacor.

 

Comment avez-vous appris que l’Hôpital Lacor pourrait vous prodiguer un traitement efficace contre le VIH?

 

Je l’ai appris par les Missionnaires comboniens. Ils vont dans les villages pour inviter les gens à participer au dépistage. Ils expliquent que si vous êtes séropositif, vous pouvez obtenir un traitement et vivre mieux. Donc, j’ai volontairement passé le test. À ce moment-là, nous n’étions pas nombreux parce que les gens craignaient le test. Si quelqu’un est séropositif, il pense qu’il n’y a plus d’espoir. Beaucoup ne savent pas que les TARV peuvent changer votre vie.

 

Est-il difficile de suivre la thérapie?

 

Non, mais vous devez le suivre assidûment et vous rendre à tous les rendez-vous qu’ils vous donnent à l’Hôpital. Beaucoup de gens manquent leurs rendez-vous parce qu’ils oublient et ne parviennent pas à y aller la bonne journée.

 

De quelle façon votre vie a-t-elle changé depuis le début de votre thérapie?

 

Auparavant, j’étais habituellement très faible. Maintenant, je peux travailler de nombreuses heures sans arrêt. Je peux creuser de 6 h à 13 h. Il peut même se passer une année sans que je tombe malade. Avant d’obtenir un traitement, je pouvais être faible de 1 à 2 semaines par mois. Je tombais malade fréquemment. Maintenant, je vais bien; il n’y a aucune infection opportuniste. Mes taux de CD4 sont passés de 277 à 570. J’ai sept enfants. Ma femme est également séropositive et elle obtient également des TARV du Lacor. Certains de mes enfants ont déjà été testés et ils étaient négatifs, et je vais faire passer le test aux autres.

 

Est-ce que le comportement des gens change quand ils découvrent que vous êtes séropositif ?

 

Dans le passé, ils pensaient que j’étais un mort-vivant. Maintenant, ils me voient, je me sens bien, je peux travailler et honnêtement... parfois, je suis plus en forme qu’eux. Alors, maintenant, je suis un exemple pour les gens, ils me voient et ils sentent qu’ils peuvent encourager les autres à passer le test. Je dis toujours à tout le monde d’y aller et de ne pas trop attendre, parce qu’il est important de savoir qu’on est malade avant de se sentir faible.

 

Était-ce difficile d’affronter la réalité de la maladie avec votre femme?

 

Nous l’avons acceptée. Nous sommes restés proches, nous sommes une famille. Les médecins nous ont aidés.

 

De Chiara Paccaloni et Filippo Campo